La dissociation des mouvements, c’est quoi ?

Apprendre l’équilibre à votre enfant est primordial avant de le laisser rouler en toute sécurité. Et si cet apprentissage devenait beaucoup plus simple ?

La dissociation des mouvements, c’est quoi ?

Réussir à apprendre l’équilibre tout en contrôlant la vitesse et la direction d’un vélo est un grand défi dans l’apprentissage du deux roues. Beaucoup d’éléments entrent en jeu en même temps :

  • L’équilibre et la notion de vitesse pour ne pas chuter
  • L’attention aux éventuels obstacles 
  • La force pour tenir le guidon, freiner, et plus tard pour appuyer sur les pédales
  • Etc.

Dès lors, comment réussir cet apprentissage et permettre à son enfant d’évoluer seul ?

Développer chaque compétence séparément en apprenant par étapes

Les  psychomotriciens qui ont étudié l’apprentissage du vélo expliquent que celui-ci doit se faire en plusieurs étapes, pour développer une bonne coordination avant d’apprendre à dissocier les mouvements.

Par exemple, un enfant devra dépasser l’aspect contre-intuitif de devoir accélérer pour ne pas tomber (inhibition). Pour que tout se passe bien, l’acquisition de cette notion sera intégrée lors de l’apprentissage de l’équilibre. Une fois acquise, il pourra passer au mouvement de pédalage (coordination et dissociation).

De la même manière, lorsque votre enfant prendra ses premiers virages avec sa draisienne ou son vélo, il devra comprendre qu’on ne se dirige pas uniquement en tournant le guidon, mais aussi et surtout en se penchant vers là où l'on veut aller.

Segmenter l’apprentissage du vélo par étapes (l’équilibre, le pédalage, l’agilité, le freinage et les vitesses) va permettre à votre enfant de s’approprier chacun des principes nécessaires à son autonomie, en évoluant à son rythme.

Apprendre à faire du vélo mobilise un grand nombre de compétences simultanément pour un enfant

Le rôle de la dissociation des mouvements dans la motricité globale de votre enfant

Apprendre à faire du vélo mobilise un grand nombre de compétences simultanément pour un enfant

Pour apprendre la dissociation des mouvements à votre enfant, il faut comprendre comment celle-ci participe à sa motricité globale :

  • La coordination : pour organiser les mouvements de différentes parties du corps impliquées dans l’exécution d’une activité physique.
  • La dissociation : pour apprendre à mettre en action une ou plusieurs parties du corps tandis que les autres demeurent immobiles ou qu’elles exécutent un autre mouvement.
  • L’équilibre : pour maintenir une position ou un geste sans tomber.
  • L’inhibition : pour être capable de contrôler ses réflexes, pour retenir ou au contraire, amorcer un mouvement contre-intuitif

Ainsi, il s’agira de développer la psychomotricité de votre enfant en travaillant chaque compétence séparément.

Par exemple, en mobilisant la coordination de ses membres inférieurs pour comprendre que « quand je pousse en avant avec mes pieds, alors j’avance ». C’est ensuite la pratique et l’expérience qui lui permettront de progresser naturellement en s'appropriant les compétences acquises.

Comment apprendre la dissociation des mouvements lors de l’apprentissage du vélo ?

Procéder par étape va permettre de ne pas surcharger votre enfant d’informations lors de ses premiers tours de roue. Il pourra ainsi maîtriser chaque compétence utile à son apprentissage et avoir suffisamment confiance en ses capacités pour les combiner.

Pour que cette notion de dissociation des mouvements se développe naturellement, nous recommandons de commencer ainsi :

  1. Avec l’aide d’un adulte, le petit garçon ou la petite fille se positionne sur la draisienne et commence ses premiers pas.
  2. Une fois que l’enfant aura compris qu’il faut pousser pour avancer, il apprendra à se tenir droit sur la selle de sa draisienne.
  3. Toujours avec l’aide d’un adulte, l’enfant va s’entraîner à porter le regard devant lui, pour anticiper les obstacles.
  4. Vous pourrez alors commencer à ajouter la maîtrise du freinage, en n’utilisant que ses deux premiers doigts pour ne pas lâcher le guidon.
  5. Une fois que cela est acquis, l’enfant pourra lever les pieds pour avancer en équilibre.  Si c’est sur un vélo d’équilibre (draisienne) équipé de repose-pied, il pourra facilement poser ses pieds sur celui-ci.
  6. Lorsque votre enfant sera en confiance, il ou elle pourra apprendre à jouer sur son équilibre pour prendre ses premiers virages.
  7. Dès que votre petit pilote sera à l’aise sur sa draisienne, il pourra apprendre le principe de pédalage. Cela se fera naturellement en l’aidant un peu au démarrage, en lui apprenant à pousser avec une jambe et puis l’autre.

Le plus important est que cela soit toujours un jeu. Ne brûlez donc pas les étapes : laissez à votre enfant le temps de s’amuser !

Apprendre à faire du vélo mobilise un grand nombre de compétences simultanément pour un enfant

N’oubliez pas : chaque enfant apprend à son rythme !

Chaque enfant possède un rythme différent, selon son propre développement moteur. Chaque étape peut donc prendre plus ou moins de temps selon votre enfant, mais il est important de bien les maîtriser avant de pouvoir les superposer. Bien entendu, ce doit être un plaisir pour votre fille ou votre garçon !

Forcer votre enfant à passer une étape alors qu’il ne se sent pas encore à l’aise pourrait le décourager d’apprendre à rouler à vélo, et lui faire perdre des années précieuses pour apprendre le sens de l’équilibre.

Mais si vous prenez le temps de l’aider (et cela ira plus vite que vous ne le pensez), votre enfant va développer tout naturellement sa motricité, en améliorant ses compétences à chaque tour de roue.

La récompense, ce sont les km de bonheur aux commandes de son BEMOOV !

Articles en relation